L'ambition des Catalans en 1282 (partie 14)

Publié le par Jean

Et là, cher lecteur, nous assistons à une situation incroyable : un royaume chrétien lance une croisade contre un autre royaume chrétien !
Le 11 juin 1284, à Paris, lors d’une cérémonie religieuse grandiose, Charles de Valois, âgé de quatorze ans, est couronné roi d’Aragó, de València et comte de Barcelona. Désormais, les dés sont jetés. Combien de temps mettront les troupes françaises avant d’apercevoir les premières maisons de Salses ?
En attendant, le roi Pere n’a pas la mémoire courte ; il se souvient que les chevaliers français, aidés des Navarrais, avaient saccagé quelques villages de la frontière d’Aragó. Aussi en septembre 1284, il envoie en représailles ses almogavares piller quelques terres de Navarre. Il sait maintenant qu’une croisade est dirigée contre lui, aussi, laisse-t-il entière liberté aux almogavares pour répandre une véritable terreur. Ce qui veut tout dire quand on connaît leur férocité naturelle. Voilà donc le camp français prévenu.
Profondément hanté par les heures tragiques qui s’annoncent, Pere el Gran éprouve le besoin d’aller se recueillir sur la tombe de Pere I° el Catòlic, son grand-père. Le destin de Pere I°, tué à Muret en 1213, alors qu’il défendait son domaine des attaques du roi de France, a toujours attendri et exalté ses descendants. En ce 17 mars 1285, j’imagine le roi Pere el Gran, agenouillé devant l’imposant et rustique sarcophage de son grand-père. Je crois l’entendre murmurer quelques paroles : « Soixante-dix ans après Muret, la Catalunya va-t-elle subir le même sort que l’Occitanie ? »

A suivre lundi prochain...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article