L'ambition des Catalans en 1282 (partie 20)

Publié le par Jean

« Demandons renforts » : signé Charles

Passé le moment de stupéfaction qui suit la nouvelle des Vêpres Siciliennes, Charles I° renforce les châteaux de la Calabre, et, à la tête de ses troupes, il met le siège devant Messine, en Sicile. Il a demandé des renforts au royaume de France ; voici la lettre de Charles envoyée à ses trésoriers pour accueillir et payer les renforts dès leur arrivée : le comte d’ Alençon et le comte d’Artois. Lettre écrite à Messine (pendant le siège) datée du 23 août 1282.
« Nous avons entandu que le prince nostre fiuz et noz neveus le conte de Lancon et le conte d’Artoys viennent à nous et cuidons que doivent amener juques a mil hommes a armes ; pourquoi nous vous mandons que, quant il seront venuz a Naple, vous doiez baillier au prince nostre filz ou a son mandement, pour soi et pour noz neveus, pour faire prest a la devant dite gent, juques a deus mile onces. Et se il a plus de gent a armes, bailliez a icelui a icele reson. Et se le prince venoit eincois sanz noz neveus et amenast meins de gent, meins li bailliez, selonc la reson devant dite… Donnée au siege de Meschine, l’an de Notre Seigneur MCCIIIIxxII, le XXIIIme jour d’aoust de la X° indicion. »

Les galères marseillaises transportant les renforts accostent à Naples le 26 août 1282. Le comte Pierre d’Alençon est le cinquième fils du roi de France, Louis IX dit Saint Louis. On équipe donc ces troupes de chevaux, d’armes et « autres choses convenables ». Comme vous le lirez dans le texte, le comte d’Alençon tombera sous les coups des almogavares.


« Demandons encore des renforts » : signé Charles

Le 21 novembre 1282, Charles I° s’adresse à Jehan de Bullas, sénéchal de Provence pour préparer : vingt galères, deux mille arbalétriers et lanciers à destination de Naples. Pour cela, le roi lui envoie 10.000 livres tournois.
« Charles, par la grace de Dieu roi de Jerusalem et de Sicile, etc., a ses améz et feiaus tresoriers Guillaume Le Noir, Ris de la Marre et Pierre Bodin, etc. Comme nous aions commandé moult expressement a notre amé et feel chevalier Johan de Bullas, notre seneschal de Prouvence, que il doive querir et trouver es parties de Prouvence vint galies bien armées et deus mile tant arbelestiers que lanciers, et leur doie paier leur solz pour certain tans, et tele maniere que nous les puissions avoir en cest terre pour noz services dedenz la moitié du mois de marz prouchienement a venir de ceste XI° indicion, et voulianz que vous, pour les gages des devant dites galies, arbelestiers et lanciers devant diz, doiez envoier par marcheanz quatre mile onces d’or, ou ce que iceles valant en tournois, au devant dit seneschal en Prouvence. »

A suivre lundi prochain...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article