L'ambition des Catalans en 1282 (partie 13)

Publié le par Jean

Alors, cher lecteur, vous sentez bien qu’il se passe quelque chose en sous-main.
Effectivement, Jaume II est déjà en train de préparer un accord secret avec Philippe le Hardi. Le roi de France, en personne, fait une tournée en Occitanie pour décider les seigneurs à le suivre. Jaume II connaît fort bien Philippe : c’est son beau-frère. C’est ainsi que le 17 août 1283, à Carcassonne même, le roi de Mallorca s’engage, par un traité à aider le roi de France ; il promet de lui livrer les passages des montagnes, à lui remettre les places fortes et même à lui fournir ses propres soldats.
Le 18 août, revoilà les deux rois à Palairac, dans les Fenouillèdes que Philippe le Hardi découvre : il est à quelques pas du Rosselló. Le 23, les deux rois sont à Toulouse. Ils se rendent à Montpeller le 9 octobre où, à la demande de Jaume II, Philippe III accorde des simplifications sur la justice de ses sujets concernant Montpelleret.
Le 27 août 1283, convaincu d’avoir bien préparé son affaire, le roi de France fait dire au pape qu’il est disposé à faire la conquête de la Couronne de Catalunya, d’Aragó et de València. Le 20 février 1284, à Paris, le roi Philippe le Hardi préside une assemblée de barons et de gens d’église pour délibérer des dernières propositions du pape Martin IV. Le représentant du pape, le cardinal Cholet, est favorable à une intervention militaire française. Deux jours plus tard, après avis de la majorité de cette assemblée, Philippe le Hardi donne son accord; ce sera son deuxième fils, Charles de Valois, qui coiffera la Couronne de Catalunya-Aragó. Précisons que Charles de Valois est le deuxième fils du roi de France et d’Isabel «la catalane», soeur donc des deux rois catalans Jaume et Pere. Cette croisade sera financée par un impôt, la décime, perçu sur tous les diocèses du royaume de France.

A suivre lundi prochain...

Commenter cet article